KaZeo
+
ikosium
Follow me
Join now
Accueil » R o u i b a » NCA rouiba
  Articles de cette rubrique :
 

NCA rouiba

Créer un blog gratuit
Vous aimez ce site ? Faites comme moi créez votre site en toute simplicité avec KaZeo gratuitement !
MAGHREB CONFIDENTIEL - 02/10/2008
ALGERIE
Slim Othmani
Suite à la parution d'une information le concernant, Slim Othmani nous écrit que, contrairement aux affirmations de Maghreb Confidentiel, sa société NCA Rouiba n'a, à aucun moment, subi de contrôle fiscal

 

 

 

   

DOC]

Slim Othmani (Directeur général de la Nouvelle Conserverie ...

Format de fichier: Microsoft Word - Version HTML
Son patron, Slim Othmani, nous dresse dans cet entretien le bilan des actions menées dans le cadre du programme d'appui aux PME-PMI géré par Euro ...
www.apab-dz.org/uploadFile.php?d=Images/actualite/actualitPiecesJointes/piecej1%5B7%5D.doc&f=piecej1%5B7%5D.doc

 

Lyes Malki

 
   

La Nouvelle Conserverie Algérienne (NCA) de Rouiba fait partie des grandes PME de l'agroalimentaire en Algérie. Après le succès qu'elle a enregistré dans le secteur des boissons, l'entreprise s'est délestée de ses activités de conserverie pour se spécialiser dans la production de jus de fruits de nectars. Confrontée à un nouveau contexte économique au regard de l'ouverture du marché à de nouveau entrants et à la domination des grandes firmes internationales rompues aux techniques modernes de gestion, NCA s'est vue contrainte de se remettre en cause et de s'engager dans un processus de mise à niveau de l'entreprise aux fins d'améliorer sa compétitivité. Son patron, Slim Othmani, nous dresse dans cet entretien le bilan des actions menées dans le cadre du programme d'appui aux PME-PMI géré par Euro développement.

 


 

 

Votre entreprise a adhéré au programme d'Euro développement et a bénéficié de l'appui destiné aux PME algériennes. Pouvez-vous nous restituer les circonstances de cette adhésion ?

D'abord je tiens à préciser que notre société s'est engagée historiquement dans un programme de mise à niveau hors structure du programme MEDA. C'était un programme de mise à niveau volontaire, interne, sur ses propres fonds. Mais c'était un programme de mise à niveau qui a montré rapidement ses limites car, pour initier une mise à niveau, il faut de l'expertise, des ressources financières et des hommes pour la diriger. Avec la mise en place du programme MEDA, nous avons été rassurés et confortés dans notre démarche à travers certains audits et diagnostics. Cela nous a appuyé même si c'était d'une façon quelque peu timide. Je dis d'une façon timide parce que une entreprise similaire à la nôtre en Tunisie par exemple, a bénéficié d'un programme de mise à niveau et d'appui de 3 millions d'euros, alors que nous en deux années, nous avons peiné pour arracher une valeur de 200 000 euros. Vous voyez donc qu'il y a une différence majeure entre les deux programmes. Cela est dû, me semble-t-il, à la réticence, aux lourdeurs et aux lenteurs de l'administration et il n'y a pas suffisamment d'implication de la part des institutions gouvernementales concernées. Nous avons l'impression que ce programme de mise à niveau crée une sorte de jalousie, d'incompréhension de la part des pouvoirs publics qui ne veulent pas nous en faire bénéficier comme les Marocains ou les Tunisiens en ont bénéficié. Donc je tire la sonnette d'alarme. Si l'on veut aller vite, les autorités doivent arrêter d'évoquer systématiquement le fait que les entreprises ont besoin d'une mise à niveau. Nous n'avons pas besoin, en tant que chefs d'entreprise, de l'expertise des gens du ministère pour savoir si nous devons nous mettre à niveau ou pas. En revanche, nous avons besoin des moyens nécessaires à la mise à niveau et d'un appui réel au programme, en mettant les fonds qu'il faut et pas les fonds timides proposés par le gouvernement actuellement.

Concrètement, quel a été l'impact du programme de mise à niveau sur l'activité de votre entreprise ?

L'impact a était positif en matière de productivité, de réorganisation et de changement culturel aussi au sein de l'entreprise. Mais cela reste toujours insuffisant. Une mise à niveau comprend des aspects tangibles et des aspects intangibles. Ces derniers concernent notamment les systèmes de gestion de l'information. Nous avons l'impression que les institutions et les ministères ne croient pas à la notion de l'intangibilité. Aujourd'hui nous sommes en plein siècle de l'information mais nous en sommes encore à voir des gens dans l'administration qui se grattent la tête en se demandant s'il faut accompagner les entreprises dans la mise en place d'un système d'information cohérent. Imaginez un peu cette complexité. Pour ce qui nous concerne, nous avons fait le choix de mettre à niveau la partie tangible et intangible. On se bat et on dépense de l'argent de nos propres fonds mais, puisqu'on nous dit qu'il faut se jeter dans l'arène de la compétitivité, on souhaite qu'on nous donne un coup de main, d'autant plus que cela a été décidé trop rapidement.

Justement les experts évoquent la nécessité d'une mise à niveau de l'environnement économique parallèlement au lancement des programmes d'appui aux entreprises. Qu'en dites-vous ?

Quand on parle de mise à niveau de l'environnement, c'est en fait une façon diplomatique de parler de mise à niveau de l'administration algérienne qui est effectivement une nécessité. Mais si on réussit à mettre à niveau les entreprises, l'administration se mettra à niveau de facto parce que c'est une dynamique économique irréversible. Nous ne devrions pas freiner ou stopper le processus de développement économique du pays pour faire plaisir à monsieur X ou monsieur Y qui est dans l'administration. Les entreprises, quelle que soit leur taille, doivent être dotées des moyens nécessaires pour qu'elles avancent vite. Certains vous diront que cela ne doit pas se faire dans la précipitation mais il ne s'agit pas non plus de freiner l'avancée de tout un processus ou d'attendre qu'un certain nombre de commissions se réunisse. L'Accord d'association signé avec l'UE est entré en vigueur, les entreprises algériennes en sont exposées mais nous avons perdu beaucoup de temps.

Quelle lecture faites-vous justement de l'Accord d'association signé avec l'UE quatre mois après son entrée en vigueur ?

Personnellement, je souhaite que la société civile et les associations patronales soient beaucoup plus impliquées dans la mise en œuvre de cet Accord, dans le suivi et soient beaucoup plus informées du contenu des implications et des conséquences. En tant que chef d'entreprise, je considère que cet Accord a du bon et du mauvais. Le bon j'en fais mon affaire, le mauvais aussi je souhaiterais en faire mon affaire pour contribuer à le transformer en bon.

Votre entreprise évolue dans le secteur de l'industrie agroalimentaire. Comment percevez-vous l'évolution de ce secteur ?

Le secteur de l'agroalimentaire en Algérie pourra avoir un bel avenir si le ministère de l'agriculture comprend qu'il y a un lien extrêmement étroit entre l'agriculture et l'agroalimentaire. Pour le moment ce lien n'est pas encore établi. On ne discute pas suffisamment et on considère le secteur agroalimentaire comme étant le parent pauvre de l'agriculture alors qu'il doit être la partie la plus importante du secteur. Nous transformons les excédents de production agricole en de produits industriels.

 
   
NCA Rouiba prévoit un investissement de 8,5 millions d'euros

Mardi 18 Décembre 2007 -- C'est dans le cadre de son programme de modernisation que la Nouvelle Conserverie algérienne (NCA) Rouiba a signé, hier, un contrat de financement en monnaie locale de près de 3 millions d'euros avec la FEMIP (Facilité euro-méditerranéenne d'investissement et de partenariat), un instrument qui regroupe l'ensemble des instruments d'intervention de la Banque européenne d'investissement (BEI) dans le sud et l'est du Bassin méditerranéen.

En effet, ce montant fait partie du programme de développement que NCA Rouiba a prévu pour la période 2006-2009 et pour lequel une enveloppe budgétaire de l'ordre de «8,5 millions d'euros a été prévue, avec un apport de fonds propres de 1,6 million d'euros, soit un auto-financement, alors que la partie restante sera assurée par des crédits locaux», a annoncé son directeur général, M. Slim Othmani.

Le choix de cet établissement européen n'est pas fortuit, puisqu'il s'agit d'un crédit à long terme remboursable sur huit années, avec l'efficacité et la rapidité en ce qui concerne la mise en œuvre du crédit. Ce sont les arguments avancés par M. Othmani qui croit en le développement régional et espère devenir «le leader maghrébin des boissons non gazeuses». Notons que le programme de modernisation de l'entreprise familiale NCA Rouiba prévoit la création de 250 postes d'emploi.

Le financement du crédit de la BEI est remboursable sur une période de huit années, avec un taux d'intérêt participatif variant entre 7 et 14%.

«Plus les résultats seront positifs, plus le taux d'intérêt est élevé, c'est ce qu'on appelle un prêt participatif», a expliqué, lors de son intervention, le vice-président de la BEI, responsable de la FEMIP, M. Philippe de Fontaine Vive Curtaz. Il a, pour la même occasion, rappelé l'intérêt que porte la BEI au marché algérien qu'il estime «très ambitieux. C'est un marché qui offre d'excellentes perspectives». Rappelant ainsi le manque à gagner dans le développement du secteur privé algérien qui compte plusieurs entreprises familiales. «Nous souhaitons travailler avec le secteur privé algérien qui recèle d'importantes potentialités».

http://my.algeria.com/forums/business-affaires/22235-nca-rouiba-page-rankingevoit-un-investissement-de-8-5-millions-d-euros.html                                                                                                                                             
 

 

ELMOUDJAHID.com - Quotidien national d'information - La Nouvelle ...
3 oct 2008 ... Aujourd'hui, c'est la Nouvelle conserverie algérienne (NCA) qui en fait mention. Depuis le 6 septembre, les travailleurs de cette entreprise

La Nouvelle Conserverie Algérienne (NCA) adopte un nouveau week-end (vendredi-samedi)

Taille du texte: Decrease font Enlarge font

Le débat sur le week-end universel n'est apparemment pas totalement clos. Longtemps réclamé par les entités économiques nationales en tant que solution à un décalage économique pénalisant, certaines sociétés semblent déterminées à prendre les choses en main en basculant vers un week-end « plus bénéfique ». C'est ainsi que plusieurs d'entre elles ont opté pour le vendredi et le samedi comme jours de repos. Aujourd'hui, c'est la Nouvelle conserverie algérienne (NCA) qui en fait mention. Depuis le 6 septembre, les travailleurs de cette entreprise privée se reposent le vendredi et le samedi au lieu du jeudi et vendredi, week-end officiel en Algérie.
Cette décision intervient à la suite de maints rappels à l'ordre formulés par le FCE (Forum des chefs d' entreprises) qui souhaitait l'application d'un week-end qui sied avec la conjoncture économique actuelle et aidera à booster le rendement des sociétés nationales. Selon des statistiques mondiales, l'Algérie perdrait chaque année, près d'un milliard de dollars, pour cause de décalage entre le congé hebdomadaire local et le week-end universel, en vigueur dans les pays occidentaux, avec lesquels elle réalise l'essentiel de ses échanges commerciaux.
Dans cette initiative, la NCA n'est cependant pas la seule à y songer. Avant elle, Arcelor-Mittal Annaba, filiale du géant mondial de l'acier avait décidé en juin 2007 d'adopter le week-end du vendredi et samedi au lieu des jours de repos habituels. Depuis cette décision, les sidérurgistes algériens du complexe d'El Hadjar travaillent le jeudi et se reposent le vendredi et le samedi. La décision d'Arcelor-Mittal a été la première du genre pour un groupe industriel basé en Algérie. Elle a été applaudie par le Forum des chefs d'entreprises (FCE) qui avait appelé ses adhérents à opter pour un nouveau week-end, les vendredi et samedi. L'UGTA avait pour sa part préconisé aux pouvoirs publics de modifier les journées de repos hebdomadaire et d'opter pour le vendredi et samedi comme nouveau week-end pour tous les travailleurs algériens. Mais, le gouvernement n'a pas répondu favorablement à cette demande, tout en laissant les entreprises décider seules de changer leur week-end.
NCA Rouiba qui exporte dans plusieurs pays africains, en plus de la Grande-Bretagne, de la France et de la Suisse, a engagé des investissements colossaux pour la mise à niveau de l'entreprise et l'acquisition de matériel répondant aux normes internationales à la hauteur des perspectives de l'entreprise qui se présente comme étant une entreprise citoyenne de par le respect des normes de sécurité, d'hygiène et de protection de l'environnement en Algérie. Si NCA a dépensé 4 millions d'euros de 2005 à 2007, ce chiffre est appelé à atteindre 6,5 millions d'euros d'ici à 2009. A souligner qu'en 2007 l'entreprise, leader des jus en Algérie, a réalisé une production de 33 millions de litres, ce qui représente 2 milliards de dinars, en 2008 ce chiffre est appelé à augmenter de 20%. De son côté, Jean-Pierre Philippe, conseiller de NCA en stratégie, estime que le marché algérien est prometteur en matière de boissons aux fruits, devant ceux du Maroc et de la Tunisie.

 

 

 

 

Le jeudi 02 octobre 2008 à 18h22 dans R o u i b a
Poster un commentaire
Pseudo :
Email (Obligatoire) :
Adresse site (facultatif) :
Votre message :
Voulez-vous suivre le fil de la discussion ?
Vos commentaires sont soumis à validation par le webmaster !
Aucun commentaire
00/-EDITOS 2013
  • EDITOS ACCUEI  2013

Liens partenaires
  • Aucun lien actuellement

Fond musical
Moteur de recherche
Newsletter
Horloge
Citation
  • "On fait de la critique quand on ne peut pas faire de l'art, de même qu'on se met mouchard quand on ne peut pas être soldat."
    Gustave Flaubert.